Témoignages d'exilés

Quelques témoignages

Témoignages d'exilés

DSCN3254.JPG

Oui.

Oui je voudrais dire que Belledonne Solidaire ma beaucoup aidé dans les moments plus difficiles pour moi.Cetais le moment quand je devais quitté mon appartement, et je ne trouvais pas une solution dans toutes les autres associations ou j'ai demandé un logement.

 

Heureusement j'ai rencontré Sylvie et ma proposé un logement par Belledonne solidaire.

 

Pour moi était le plus bonne nouvelle parce que javais plus des espoirs. 

 

Belledonne Solidaire ma soutenu moralement financements et beaucoup bienveillante avec moi et mon fils. 

 

Je serai reconnaissante tout ma vie aux personnes qui mon aidé dans mes moment plus difficiles.

 

Pour moi Belledonne solidaires était les mains chaudes quand on est glacé.

 

Je vous remercie de profondeur de mon coeur à toutes.

 

Merci beaucoup,    A.

 

 

 Je remercie la première famille pour me recevoir pendant 6 mois. Je voudrais vous dire que je suis très content chez la nouvelle famille que je remercie pour le bonne hospitalité et le bon comportement, je ressens dans une atmosphère familiale chez eux ils sont très gentils, généreux et respectueux,   Mohmmad

 

 Je suis arrivé en France à Grenoble depuis Décembre 2016. Pris en charge par l’ADATE pendant 1 mois et demi, après j'ai été débouté donc je me suis retrouvé dans la rue pendant 2 semaines avant d'être orienté vers la Cimade en 2017, et aussi scolarisé à 3amie. Donc en 2018 j'étais dans un club de foot O.C Eybens. Grâce à ce club, je me suis beaucoup intégré à Grenoble, mon entraîneur m'a aidé à être Bénévole dans un autre club qui s'appelle A.S surieux Echirolles. Donc j'étais éducateur des enfants comme entraîneur de foot  au A.S surieux Echirolles. Ma première année j'avais les U8/U9 et la 2eme année les U10/U11. En même  temps j'étais en Service Civique en périscolaire à “Atout sport” projet Culturel de la ville d’Echirolles comme Bénévole. J'étais en même temps scolarisé à 3Amie jusqu'en 2019. J' ai arrêté parce qu'ils ne m'ont pas inscrit dans un lycée. Je ne sais pas pourquoi. Donc j'ai arrêté d'aller à 3Amie mais j’ai continué mes activités avec A.S surieux et mon club  de foot O.C eybens. Malheureusement le confinement est arrivé: toutes nos activités se sont arrêtées en 2020 donc je suis retourné à 3Amis où actuellement je suis scolarisé.

Ces derniers temps la vie était beaucoup plus difficile pour moi parce que je pars en cours et je n'arrive pas à me concentrer parce que j'avais fait une demande d'asile depuis 2018 et ma demande a été déboutée aussi en 2020. Donc j'étais dehors dans le froid parce que j'avais aucun endroit pour dormir donc je suis aller voir Régine la directrice de 3Amie je lui ai expliqué ma situation et elle m'a dit d'être patient.

Quelques jours plus tard, elle m'appelle dans son bureau pour me parler de Belledonne solidaire.

J’ai trouvé ça intéressant, du coup je lui ai dit que oui j'aimerais bien aller découvrir Belledonne solidaire. Avant les vacances, j'ai eu un appel de Marie-Claude de Belledonne solidaire pour la rencontrer avec Ingrid de Belledonne solidaire qui est une adorable tata pour moi. Pour mes premières semaines avec Belledonne solidaire c'est elle qui m'a hébergé pendant 3 semaines. Je suis vraiment heureux dans cette merveilleuse famille, ses enfants sont comme mes propres frères et sœur, son époux est comme mon père. Bref, je suis vraiment ravi de faire partie de Belledonne solidaire.

J'espère rencontrer tous les membres de Belledonne solidaire pour mieux se connaître avec grand plaisir.

Merci et à bientôt,   Alexandre

 

Je me nomme Djibril qui a été pris en charge pas Belledonne Solidaire pendant 2 ans. J’ai été accompagné par deux coordinateurs et par les familles d’accueil qui s’est très bien passé. J’ai été bien accueilli pas mes

familles. Je ne saurai jamais remercier les membres de Belledonne solidaire.

Bien cordialement, Djibril

 

 

« Au cours de cette période ici, nous sommes devenus fiers. » Hibo

 

« Je ne sais pas le français mais je vous dirai beaucoup de mots de remerciements quand je saurais le français. » Fayssal

Témoignages de coordinateurs

« On découvre des gens, on les accompagne, sans trop s’imposer. On est à l’écoute, des relations d’amitié se tissent, qui sont très enrichissantes. » Gilbert

 

« C’est une façon de découvrir des familles, c’est très enrichissant. On y gagne toute l’énergie qu’on dépense. » Isabelle

 

"Au delà de la gestion matérielle, coordonner c'est faire du lien, favoriser les contacts. On fait face aux difficultés en impliquant les personnes accompagnées pour que peu à peu elles prennent les rennes. La récompense c'est de les voir retrouver le sourire,  pour un jour s'envoler ! "Sylvie

 

«  Nourya : une belle rencontre avec une jeune femme très souriante. Sa petite Hanan a fait ses premiers pas à Saint-Martin d’Uriage, elle a fait la joie des gens d’ici. Ça a été un accompagnement humain très facile. » Isabelle

 

« L’accueil de Jo et Mimosa  a été une belle aventure qui a duré très peu de temps : on leur a proposé un logement et cela ne se refuse pas. Les familles ne nous appartiennent pas : il faut qu’elles partent ! » Catherine

 

« L’association est là pour humaniser un parcours inhumain. Par exemple, si on les déplace et qu’on les prive d’une formation, ce sont des portes qui se ferment…Nous les accompagnons sur un parcours parfois inhumain… » Marie-Claude

 

 

« Sylvie m’a appris le métier de coordinateur : c’est une formidable aventure, très riche, pleine de rencontres, de solidarité. On donne du temps mais qu’est-ce qu’on reçoit en retour ! C’est très riche, y compris entre les membres de l’association. Ça me permet d’affirmer mes convictions, d’être debout pour un monde plus fraternel.» Catherine

 

« Nous devons informer pour garder le plaisir. Notre objectif est la venue de nouveaux adhérents pour les intégrer et qu’ils deviennent coordinateur à leur tour. Nous voulons sensibiliser les énergies locales, les personnes  du territoire à participer et à nous rejoindre. » Evelyne

 

Témoignages de familles d'accueil

Début décembre 2018, accompagné d’une collègue de Belledonne Solidaire qui constituait avec moi un binôme de coordinateurs, j’ai rencontré le jeune homme à Grenoble. Timide, il s’exprimait peu mais écoutait beaucoup. Notre intérêt commun pour le football nous a rapprochés et la confiance s’est installée. Il savait où il voulait aller, avait un véritable projet et cela a été enrichissant de l’accompagner dans ce dernier, de le faire avancer lentement, certes, mais sûrement : être à l’écoute, intervenir sans s’imposer, s’enrichir l’un de l’autre.

L’objectif affiché par Belledonne Solidaire, c’est d’accompagner les personnes accueilles vers l’autonomie.

Aussi, quelle joie cela a été lorsque fin 2020, le jeune homme, titulaire d’un titre de séjour et un premier diplôme en poche, a décidé de poursuivre des études en alternance à Grenoble où il a aussi trouvé à se loger, acquérant ainsi l’autonomie rêvée.

Il vole désormais de ses propres ailes, mais les liens tissés avec lui pendant deux années sont forts et nous sommes restés en contact.    Alain